The recent news

Sept. 16, 2021

Organization of scientific events

► co-organized between Laboratoire DANTE and the Journal of Regulation & Compliance (JoRC), this colloquium) is the core manifestation of the 2021 series of colloquia devoted to the general theme of Compliance Monumental Goals.

It will take place on 16th of September 2021, at the Maison du Barreau, in Paris.

This first work is in French but  will be the basis of the book in English : Compliance Monumental Goals,

 📚  This book will be published in the Compliance & Regulation Series, co-published by the JoRC and Bruylant.

► Presentation of the colloquium Thematic: To understand the notion of "Monumental Goals", it is firstly necessary to take crossed perspectives on them, particularly through the prism of Labor Law, Environmental Law and Enterprise Law. Many questions appear. Does the notion of “Monumental Goals” present any substance in Law? Is it uniformly understood, or do specificities appear, forged by specific cultures and disciplinary practices? What are the sources and implicit references or echoes? Because even if we admit the part of novelty, there is undoubtedly an anchoring in traditional legal concepts, like the general interest or sovereignty. How does the shift from meta-legal (prima facie introduced by the concept) to legal take place, and where do any operational difficulties lie when legal actors are called upon to act? The question of a possible categorization of "Monumental Goals" will thus be explored, through these three legal disciplines whose historicity, goals and implications for firms differ.  

These reflections allow to ask why and how these "Monumental Goals" are developed. Indeed, what is the relevance of the association of "Monumental Goals" and Compliance? Beyond theoretical considerations relating to the meaning of Law, is this really an effective alloy encouraging companies to behave differently? By what ways? These questions arise in particular with regard to the imperatives of legal certainty and the operative nature of the concept. The question of "Monumental Goals" will thus be explored by the operational actors of compliance, both those who act within companies and those who act from the lato sensu State sphere, for understanding whether this notion is a pure rhetoric figure or constitutes a particularly promising lever for the evolution of market behavior.

 

► with : 

🎤 Christophe André, maître de conférences à l'Université Paris - Saclay (lecturer at the Paris-Saclay University)

🎤 Guillaume Beaussonie, professeur à l'Université Toulouse-1-Capitole (law professor at Toulouse-1-Capitole University)

🎤 Regis Bismuthprofesseur de droit à Sciences po, Paris (law professor at Sciences po Paris)

🎤 Marie-Emma Boursierdoyen  de l'Université Paris - Saclay (dean of the Paris-Saclay University)

🎤 Muriel Chagny, professeur l'Université Paris - Saclay, directrice du Laboratoire Dante (Professor at the Paris-Saclay University, director of the Laboratory Dante)

🎤 Marie-Anne Frison-Roche, professeur à Sciences po (Paris) (Professor at Sciences Po Paris)

🎤 Isabelle Gavanon, avocate à la Cour d'Appel de Paris (attorney before the Paris Court of Appeal)

🎤 Emma Guernaoui, ATER à l'Université Paris II Panthéon-Assas (ATER at Paris II Panthéon-Assas University)

🎤 Dominique Heintz, avocat à la Cour d' appel de Paris (attorney before the Paris Court of Appeal)

🎤 Christian Huglo, avocat à la Cour d' appel de Paris (attorney before the Paris Court of Appeal)

🎤Dominique de La Garanderieavocat à la Cour d'appel de Paris (attorney before the Paris Court of Appeal) 

🎤 Anne-Valérie Le Fur, professeur à l'Université Paris - Saclay (Professor at Paris-Saclay University)

🎤 Anne Le Goff, secrétaire générale déléguée d'Arkéa (Deputy Secretary general at Arkéa)

🎤 Roch-Olivier Maistre, président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (President of the French audiovisual regulation authority)

🎤 Marie Malaurie, professeur à l'Université Paris-Saclay (professor at the Paris-Saclay University)

🎤 Jérôme Marilly, avocat général à la Cour d'Appel de Paris (General attorney before the Paris Court of Appeal)

🎤 Benoît Petitmaître de conférences (HDR) à l'Université Paris-Saclay (lecturer at the Paris-Saclay University) 

🎤 Jean-François Vaquieri, Secrétaire Général d'Enedis (Secretary General of Enedis)

____

Read a detailed presentation below:

 

Sept. 16, 2021

Conferences

Full reference: Frison-Roche, M.-A., Rapport de synthèse (Conclusion) in André C., Frison-Roche, M.-A., Malaurie, M. and Petit, B., Les Buts monumentaux de la Compliance (Compliance Monumental Goals), Colloquium co-organised by the Journal of Regulation & Compliance (JoRC) and the Laboratoire Dante of Paris-Saclay University, Maison du Barreau, 7th of April 2021, Paris.

 

📝 Read the program of this colloquium (in French) 

🎥 See Marie-Anne Frison-Roche's conclusion in video (in French)

📝 Read the bilingual working paper on which this conclusion is based 

___

📅 This colloquium is part of the Cycle of colloquium 2021 organized by the Journal of Regulation & Compliance (JoRC) and its partners around Compliance Monumental Goals.  

📘 This manifestation is in French but the interventions will be part of an English collective book directed by Marie-Anne Frison-Roche, Compliance Monumental Goals, co-edited by the JoRC and Bruylant.

📕 An equivalent book in French, Les Buts Monumentaux de la Compliance, directed by Marie-Anne Frison-Roche, will be co-edited by the JoRC and Dalloz. 

June 26, 2021

Conferences

 ►Full reference : Frison-Roche, M.-A., Conclusion ("Rapport de synthèse"), in Droit et Commerce, La concurrence dans tous ses états, Deauville, 25th and 26th of June 2021.

This event was initially scheduled for June 22 and 23, 2020, then due to the health crisis, it was postponed to March 27 and 28, 2020; it finally takes place a year later.

 

Read the general presentation of the colloquium and the program. 

 

June 23, 2021

Conferences

Full reference: Frison-Roche, M.-A., The judge-judged: Articulate words and things face to the difficult conflicts of interest, in L'entreprise instituée Procureur et Juge d'elle-même par le Droit de la Compliance, colloquium coorganized by the Journal of Regulation & Compliance (JoRC) and Lyon 3 Law School, 23rd of June 2021.

 

📊 Read the slides on which this conference is based. 

🎥 See the video of this conference. 

 

📝 Read the general program of this colloquium

📝 Read the working paper on which this conference is based 

___

📅 This colloquium is part of the cycle of colloquium 2021 organized by the Journal of Regulation & Compliance (JoRC) and its partners about Compliance Juridictionnalization

📕 📘 The conference is the first basis for the writing of an article, forthcoming in a book whose the French version is La juridictionnalisation de la Compliance co-published by the JoRC and Dalloz, and whose the English version Compliance Juridictionnalisation, is co-published by the JoRC and Bruylant. 

📚   The book in French will be published in the collection "Régulation & Compliance " while the book in English will be published in the same collection "Compliance & Regulation". 

____

🔻 Summary of the conference: read below 

____

June 23, 2021

Organization of scientific events

This scientific manifestation is placed under the scientific responsibility of Marie-Anne Frison-Roche and Jean-Christophe Roda. It is organized by the Journal of Regulation & Compliance (JoRC) and the Centre de Droit de l'Entreprise of Lyon 3 University.  

It is the fourth colloquium of the cycle of colloquia organized in 2021 around the general topic of Juridictionnalization of Compliance.

 

   

 

The different interventions will be then transformed into contributions in the books La juridictionnalisation de la Compliance and Compliance Juridictionnalization  which will be published in the Regulation & Compliance serie, jointly published by the JoRC and Dalloz for the book in French and by JoRC and Bruylant for the book in English. 

This colloquium will take place in Lyon 3 on 23rd of June 2021 with a limited audience. It will also be broadcasted in live on Zoom

To register: https://zoom.us/webinar/register/8516215084724/WN_GoQ25I7pRoKhHuGomVMxYw 

 

Presentation of the topic: Initially, it was through Criminal Law, inseparable from the trial, which forced companies to take charge of monitoring within themselves behavior likely to be deviant, the requirement of Ex Ante to be designed by the 'Ex Post of the jurisdictional. From this reversal of things, there has always remained this presence of the judge and the prosecution bodies in a Compliance Law which is nevertheless defined by its concern for the future and the Ex Ante tools within the company.

In doing so, the company becoming on the one hand a judge of itself, on the other hand a prosecutor of itself, it splits up, taking in reverse the most established procedural principles. Moreover, because of the monumental goals which constitute Compliance Law, companies become attorneys and judges of the others, or for the others, the cutting machines and the "supreme courts" being by name instituted to regulate in Ex Ante all different before that it does not become litigation. The Ex Ante of Compliance would then make the Ex Post disappear.

Method: 

The colloquium which had to take place initially on 8th of April has been postponed to 23rd of June to enable speakers to meet and talk in face to face, with a limited audience. 

These exchanges will be captured so that third parties can benefit from them, even before the publication of the works, La Juridictionnalisation de la Compliance and Compliance Juridictionalization, within which this work constitutes the basis for the development of a specific chapter.

Five practical cases will first be examined in five specific sectors, where this institution of the firm as prosecutor and judge of itself is particularly observable before both specific and more cross-sectoral themes are examined and discussed.

 

Will speak :

🎤Luc-Marie Augagneur, attorney before Lyon Court of Appeal, CVS Law Firm

🎤Alexis Bavitot, senior lecturer at Lyon 3 University 

🎤Alain Bruneauchief compliance officer at Natixis

🎤Jean-Marc Coulon, Head of Legal Infrastructure at Bouygues Construction

🎤Marie-Anne Frison-Roche, director of the Journal of Regulation & Compliance (JoRC)

🎤Cécile Granier, senior lecturer at Lyon 3 University 

🎤Xavier Hubert, director of Compliance at Engie

🎤Jérémie Jourdan-Marques,  professor at Lyon 2 University

🎤Jérémy Heymann, professor at Lyon 3 University

🎤Daphnée Latour, attorney before Paris Court of Appeal 

🎤Christophe Lapp, founding partner of Altana law firm

🎤Samir Merabet, senior lecturer at Lyon 3 University 

🎤Béatrice Oeuvrard, Public Policy Manager at Facebook France

🎤Jean du Parc, Bâtonnier 

🎤Jean-Christophe Roda, professor at Lyon 3 University and director of the Centre de droit de l'entreprise (Center of Company Law)

🎤Jean-Baptiste Siproudhis, director Ethics, Integrity and CSR at Thalès

June 22, 2021

Publications

► Full Reference: Frison-Roche, M.-A., The Judge-Judge ; articulating words and things in the face of the impossible conflict of interest, in "Compliance Juridictionnalisation", working paper, June 22, 2022.

► Ce document de travail a été élaboré pour préparer une conférence dans le colloque L'entreprise instituée Procureur et Juge d'elle-même par le Droit de la Compliance, à Lyon le 23 juin 2021.

► Il est ensuite la base d'un article dans l'ouvrage à paraître dans une version française sur La juridictionnalisation de la Compliance et dans une version anglaise sur Compliance Juridictionnalisation.

____

 

► Working Paper Summary: Puisque le thème de cette réflexion générale sur L'entreprise instituée Juge et Procureur d'elle-même par le Droit de la Compliance porte sur un ensemble d'autres réflexions soucieuses de l’ajustement des mots et des choses, la façon dont le rapport entre les uns et les autres évoluent, ce travail va porter sur la question de savoir si cette évolution est radicale ou pas, lorsqu'on parle de "juge".

Car, "juger" c'est un mot que le Droit a disputé à d'autres discipline!footnote-2090s, mais qu'il s'est approprié pour non pas tant avoir davantage de pouvoirs, par exemple celui de surveiller et de punir, mais au contraire s'imposer des limites, puisqu'à celui qui juge il a mis aux pieds les chaines de la procédure, ce qui rend supportable pour l'autre un tel pouvoir exercé!footnote-2091. C'est pourquoi ceux qui veulent le pouvoir de juger voudraient souvent n'en avoir pas le titre, car avoir de jure  le titre de juge c'est être soumis au régime corrélé, c'est se soumettre à l'exactitude procédurale.

Le Droit repère qui juge et oblige ce si-puissant à la procédure. Mais il a aussi le pouvoir d'instituer juge et tous les personnages du procès. Il le fait d'ordinaire avec clarté en distinguant les uns des choses. C'est si important que ce conseil a valeur constitutionnelle. Ainsi, non seulement celui qui juge doit être nommé ainsi mais l'appareillage procédurale qui va avec le personnage et qui constitue à la façon une façon de faire et des droits fondamentaux, ne sont pas "concédés" par bonté ou dans un second temps : c'est un bloc. Si l'on ne voulait pas avoir à supporter les droits processuels, il ne fallait vouloir être juge. Certes on pu en conclure que la procédure serait donc devenue "substantielle" ; par cette élévation, il s'agit plutôt de dire que la procédure ne serait plus une "matière servante": c'est une sorte de déclaration d'amour pour la procédure, tant qu'on affirme qu'à l'acte de juger, d'enquêter ou de poursuivre, sont "naturellement" attachées les droits pour celui qui risque d'en être l'objet.

Le Droit de la Compliance, à la recherche d'alliés pour atteindre les Buts Monumentaux pour l'atteinte desquels il a été institué, va requérir, voire exiger d'entreprises privées qu'elle aillent elles-mêmes rechercher, c'est-à-dire enquêter, des faits susceptibles de lui être reprochés. Le Droit de la Compliance va aussi exiger qu'elles poursuivent les personnes ayant commis ces faits. Il va encore exiger qu'elles sanctionnent les faits que des personnes ont commis en son nom.

On le comprend bien du point de vue de l'efficacité Ex Ante. La confusion est souvent très efficace. Par exemple il est plus efficace que celui qui poursuit soit aussi celui qui instruise et qui juge, puisqu'il connait bien le dossier. D'ailleurs il est plus efficace qu'il prenne aussi les règles, ainsi il connait mieux que quiconque "l'esprit" des textes. Cela fut souvent souligné en Droit de la Régulation.  Mais tout cela ne va pas de soi.

Pour deux raisons, l'une extérieur et l'autre intérieure. 

La première raison, extérieure, tient que l'on ne pourrait pas "nommer" juge qui ne l'est pas. Cela serait trop facile, car il suffirait alors de désigner quiconque, voire de le faire soi-même pour s'approprier le régime qui va avec, pouvoir notamment d'obtenir qu'autrui obéisse alors même qu'il n'est pas subordonné ou qu'il transmette des informations, alors même qu'il serait concurrent : il faudrait alors rappeler seul le juge pourrait se nommer juge ! et dans ce temps nouveau, voilà que des entreprises seraient juges, procureurs, enquêteurs ! Les temps seraient donc si graves et en si grand désordre qu'il faudrait en revenir à cette tautologie là... !footnote-2092 Mais sommes-nous dans une telle radicalité ? D'ailleurs, les juges ont-ils "l'apanage" du jugement et le Droit n'admet-il pas cela depuis longtemps ? Dès l'instant que la procédure est là en Ex Ante et le contrôle du juge en Ex Post ?  

La seconde raison, interne à l'entreprise, tient à ce que l'entreprise enquête sur elle-même, se juge elle-même, se sanctionne elle-même. Or, la personne morale n'exprimant sa volonté qu'à travers soit ses organes, l'on souligne en pratique les difficultés pour un même être humain de formuler des griefs, en tant qu'il est le mandataire de la personne morale, à la personne physique qu'il est lui-même. Les deux intérêts des deux ne sont pas les mêmes, sont souvent opposés, et comment les secrets de l'un peuvent être tenus à l'égard de l'autre. C'est tout le mystère, voire l'artifice de la personnalité morale qui apparaît et l'on comprend mieux que le Droit de la Compliance ne veut plus utiliser cette notion étrange. Car toues les règles de procédure ne peuvent masquer que se poursuivre soi-même n'a pas plus de sens que de contracter avec soi-même. Ce conflit d'intérêts est impossible à résoudre car nommer un même individu x puis le nommer y, en déclarant ouverte la dispute entre eux n'a pas de sens. 

Ce dualisme impossible à admettre dès l'instant qu'il s'agit de faire jouer ces fonctions à l'égard des mandataires sociaux peut retrouver vie en instituant des tiers de confiance qui vont porter les secrets et les oppositions.  Par exemple par la désignation de deux avocats distincts par l'être humain mandataire et l'être humain dirigeant, chaque avocat pouvant avoir des secrets l'un pour l'autre et s'opposer l'un à l'autre. Ces espaces de reconstitution des oppositions si "naturelles" en procédure entre celui qui juge et celui qui est jugé peuvent aussi avoir prendre la forme technologique des plateformes : là où il n'y a plus personne, là où le process a remplacé la procédure, il n'y a plus non plus de jugement humain. L'on mesure ainsi que la crainte des conflits d'intérêts est si forte que l'on se résigne à dire que seule la machine serait "impartiale", dérisoire conception de l'impartialité contre laquelle il convient de lutter.

Cela permet alors d'aboutir à une dernière question : l'entreprise peut-elle prétendre exercer le pouvoir juridictionnel de poursuivre et de juger et d'enquêter sans même se prétendre ni procureur, ni juge d'instruction, ni tribunal ? L'avantage serait de pouvoir se soustraire au régime juridique que le Droit classique attache à ses mots-là, principalement les droits de la défense, les droits d'action et le principe de publicité de la justice.  Quand Facebook dit "réagir" à la décision du 5 mai 2021 adoptée par ce qui ne serait qu'un Oversight Board pour décider pourtant "en conséquence" une suspension de 2 ans du compte de Donald Trump, l'art des qualifications semble être utilisé afin d'éviter toute contrainte de régime.  Mais cet art de l'euphémisme est bien ancien. Ainsi les Etats, lorsqu'ils voulurent accroître la répression, présentèrent la transformation du système comme un adoucissement de celui-ci à travers la "dépénalisation" du Droit économique, transféré des tribunaux correctionnels aux AAI. L'efficacité en fût grandement accrue, puisque les garanties de la procédure pénales ont cessé de s'appliquer. Mais 20 ans plus tard, les mots retrouvèrent leur chemin vers les choses : sous le Droit pénal, dormait la "matière pénale", qui requière la même "impartialité". Un juge un jour l'affirma et tout fut changé. Attendons donc ce qu'en diront les Cours, puisqu'elles sont les maîtres des qualifications, comme le dit l'article 12 du Code de procédure civil, qu'écrivit Motulsky. 

Updated: June 14, 2021 (Initial publication: June 11, 2021)

Interviews

June 2, 2021

Publications

► Full reference : Frison-Roche, M.-A., Building by Law the Unicity of Compliance Tools from the Definition of Compliance Law by its "Monumental Goals", in Frison-Roche, M.-A. (ed.), Compliance Tools, serie "Régulations & Compliance", Journal of Regulation & Compliance (JoRC) and Bruylant, 2021, pp. 35-46

 

Summary of the article : The "tools of Compliance" do not stack on top of each other. They form a system, thanks to a unity drawn from the goals that all these multiple and different tools serve: the "Monumental Goals" by which Compliance Law is defined.

All these tools are configured by these goals and for mastering all these techniques, it is essential to put them all in perspective of what Compliance Law is, which is designed teleologically with regard to its goals. Extension of Regulatory Law and like it, Compliance Law is built on a balance between the principle of competition and other concerns that public authorities claim to take care of. Compliance Law has moreover more "pretensions" in this respect, for example in environmental matters. All the means are then good, the violence of the tools marrying without difficulty with the voluntary commitments since it is the goals which govern this branch of Law.

As legal solutions adopted show, a common method of interpretation and common levels of constraint for all Compliance Tools result from this definition. Starting from the goals (in which legal normativity is housed), the interpretation of the different tools is thus unified. Moreover, the different degrees of constraint do not operate according to the consideration of sources (traditional legal criterion) but by the goals, according to the legal distinction between obligations of means and obligations of results which result from the articulation between tools, of which the establishment is an obligation of result, and the goal, of which the achievement is only an obligation of means.

____

 

📝 Read the bilingual working paper on which rely this article.

📝 Read a general presentation of the book in which this article has been published.

 

____