30 avril 2018

Publications

La garde de l’unité de la personne dans un système a-moral

par Marie-Anne Frison-Roche

Ce document de travail sert de support à une conférence prononcée le 31 mai 2018 dans un colloque organisé par la Cour de cassation et l'Association française de philosophie du Droit sur le thème général Droit & Ethique. 

Voir une présentation de la conférence

Il sert également de support à l'article à paraître.

 

Ne vivons-nous pas un monde très étrange, dans lequel nous ne savons plus qui est qui, quoi est quoi ? Nous vivons dans un grand désordre, parce que nous ne pouvons plus nous fier aux mots. Lorsque d'un tas de ferraille émet un discours "bonjour, je suis si heureuse d'être parmi vous aujourd'hui, je m'appelle Sophia" et que les journalistes sans s'étonner davantage lui demandent si "elle" désire avoir des enfants, l'on repense à Confucius qui affirmait que lorsque le désordre ravage un royaume, il faut d'abord appeler la mère "mère" et le fils "fils". 

Non pas que le désordre soit à bannir, supposant que l'ordre soit le seul souci du Droit, car la Justice est aussi considéré. En effet, ce désordre du monde actuel, que chacun ressent et que l'empilement de réglementation accroît de façon anxiogène, est aussi un immense champ d'action pour ceux qui ont en leur coeur un thumos qu'une heureuse nature leur a donné, l'aventurier et le conquérant étant plus que jamais la figure choyée aussi bien par les marchés (où il prend alors la figure de l'entrepreneur) que par les Etats.  Mais   dans ces espace plein de bruits, de lumière, de vitesse, d'information, et de solitude, le monde apparaît comme une sorte de précipice pour ceux dont l'envol n'est pas la nature première, ou ne l'est pas encore (bébé) ou ne l'est plus!footnote-1213

1

Notamment pour le "vieillard", cet être humain que le Droit ne connait paradoxalement pas, si l'on suit Gérard Lyon-Caen. 

I. SITUATION DES ÊTRES HUMAINS ET PUISSANCE DU DROIT

sss

 

A. LE DROIT PEUT DONNER UNE UNITÉ A L'ÊTRE HUMAIN PAR L'INVENTION DE LA PERSONNALITÉ

sss

 

B. LE DROIT EST TENTÉ DE PULVÉRISER PLUS ENCORE L'UNITÉ DE LA PERSONNE

ssss

 

II. POURQUOI REQUÉRIR LA SOUVERAINETÉ ETHIQUE DU DROIT ?

Le Droit comme puissance limitée

A. L'URGENCE D'UNE UNITÉ DE LA PERSONNE HUMAINE PAR LE DROIT EN RAISON DE L'A-MORALITÉ DU MONDE COMME NORME DU MONDE

ssss

B. L'URGENCE D'UNE UNITÉ DE LA PERSONNE HUMAINE PAR LE DROIT EN RAISON DE L'ATTEINTE CONCRETE A L'UNITÉ DE LA PERSONNE HUMAINE

ssss

C. LE JUGE, COMME ULTIME RECOURS ?

ssss

 

les commentaires sont désactivés pour cette fiche